Hymne national Luxembourg

Drapeau Luxembourg hymne luxembourgeois

L’hymne national du de Luxembourg ou l’ a pour titre  Ons Heemecht  en français « Notre patrie ») et cela depuis 1895.

L’hymne national de luxemnourg a été composé par Jean-Antoine Zinnen en 1864, le texte a été écrit par Michel Lentz en 1859. Ces paroles sont en luxembourgeois et a été interprété pour la première fois le  à Ettelbruck.

Un premier , précédant l’actuel Ons Heemecht, était chanté sur la musique de To Anacreon in Heaven, du compositeur anglais John Stafford Smith. Tout en sachant que cette dernière musique est celle de l’actuel hymne national des États-Unis d’Amérique.

 

Paroles hymne Luxembourgeois

Wou d’Uelzécht duerch d’Wisen zéit,
duerch d’Fielsen d’Sauer brécht,
Wou d’Rief laanscht d’Musel dofteg bléit,
den Himmel Wäin ons mécht –
dat ass onst Land, fir dat mer géif
hei nidden alles won.
|: Onst Heemechtsland, dat mir so déif
An onsen Hierzer dron. 😐

An sengem donkle Bëscherkranz,
Vum Fridde stëll bewaacht,
Sou ouni Pronk an deire Glanz
Gemittlech léif et laacht;
Säi Vollek frou sech soë kann,
An ‘t si keng eidel Dreem:
|: Wéi wunnt et sech sou heemlech dran,
wéi as ‘t sou gutt doheem! 😐

Gesank, Gesank vu Bierg an Dall
Der Äerd, déi äis gedron;
D’Léift huet en treie Widderhall
a jidder Broscht gedon;
Fir d’Heemecht ass keng Weis ze schéin;
all Wuert, dat vun er klénkt,
|: gräift äis an d’ Séil wéi Himmelstéin
an d’A wéi Feier blénkt. 😐

O Du do uewen, deem seng Hand
duerch d’Welt d’Natioune leet,
Behitt Du d’Lëtzebuerger Land
vru friemem Joch a Leed!
Du hues ons all als Kanner schonn
de fräie Geescht jo ginn.
|: Looss virublénken d’Fräiheetssonn,
déi mir so laang gesinn! 😐

Traduction en français

Là où l’Alzette traverse les prés,
Où à travers les rochers, la Sûre se creuse son chemin.
Les vignes aux abords de la Moselle, nous offrent leur parfum,
le ciel nous fait du vin.
C’est ça notre pays pour lequel
ici bas nous serions prêts à tout vaincre.
Notre patrie, que nous portons si profondément dans nos cœurs.
Notre patrie, que nous portons si profondément dans nos cœurs.

Les bois sombres formant couronne,
Sauvegardés par la paix en silence,
sans faste ni splendeur coûteuse,
Souriant gentiment.
Son peuple heureux, pourra se dire,
et ce ne sont pas des rêves vides :
Nous ne manquons de rien ici, dans notre foyer douillet.
Nous ne manquons de rien ici, dans notre foyer douillet.

Des chants, chants, à travers monts et vallées,
À cette terre, qui nous porta.
L’amour porte un fidèle écho,
en chacun de nos cœurs vaillants.
Pour notre pays aucun refrain ne sera trop ravissant.
Chaque mot qui en résonne,
nous touche profondément l’âme, comme une mer d’étoiles.
L’œil vaillamment brillant comme le feu.
Chaque mot qui en résonne,
nous touche profondément dans l’âme, comme une mer d’étoiles,
L’œil vaillamment brillant comme le feu.

Ô Toi, là-haut, toi, dont la main,
guide les nations à travers le monde.
Oh toi, préserve le pays du Luxembourg,
des représailles et peines venues de l’étranger
Tu nous a déjà, lorsque nous étions enfants,
offert l’esprit libre.
Continue à laisser briller au firmament
le soleil de la liberté, que nous voyons depuis si longtemps!
Continue à laisser briller au firmament
le soleil de la liberté, que nous voyons depuis si longtemps!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *